Berne


Le canton de Berne est au cœur de la Suisse, au carrefour entre deux cultures. Il fait office de lien entre la Suisse alémanique et la Suisse romande : une des raisons qui font de la ville de Berne la capitale fédérale de la Suisse, le centre politique du pays. Un Suisse sur sept vit dans le canton : avec 13% de la population, c'est le deuxième canton le plus peuplé après Zurich. En superficie aussi il occupe la deuxième place après les Grisons. Les collines boisées du Jura Bernois, le Mittelland et ses lacs splendides et les montagnes majestueuses de l'Oberland s'étendent sur près de 6 000 km2. Le mélange réussi entre ville et campagne, culture et de nature, tradition et modernité fait de Berne un endroit où il fait bon vivre et travailler. La diversité du paysage se retrouve dans la diversité culturelle, et les traditions vivantes y contribuent fortement.

Continuité et transformation

De nombreuses traditions vivantes sont restées localement inchangées, beaucoup se sont étendues à d'autres régions par le biais de l'immigration et des migrations internes ou se sont transformées au fil du temps. Et enfin, les évolutions socioculturelles ont contribué à développer un grand nombre de nouvelles traditions dans les dernières décennies.

L'artisanat traditionnel est tout aussi caractéristique du canton de Berne que les coutumes classiques (costumes folkloriques, jodel, musique populaire, cor des Alpes, théâtre amateur, danses populaires) et les sports traditionnels (lutte, hornuss ou lancer de la pierre). Mais les petites fêtes et usages qui contribuent à souder les communautés locales sont tout aussi importantes. Aux traditions rurales s'ajoutent de nombreuses traditions urbaines comme la course de boîtes à savon, les chants de supporters d'YB, la planche glisseuse ou la baignade dans l'Aar.

Le canton de Berne a établi une liste cantonale des traditions vivantes. Cette liste n'est pas sélective, mais contient le plus grand nombre possible de traditions bernoises, anciennes ou récentes, urbaines ou rurales. Tous les groupes, associations ou organisations qui entretiennent le patrimoine culturel immatériel dans le canton de Berne sont invités à présenter leur demande d'inscription sur la liste cantonale des traditions vivantes.

Diversité régionale

Le canton de Berne est un canton rural ; la plus grande partie des traditions est marquée par la vie paysanne et l'artisanat destiné à l'agriculture. Parmi les manifestations typiques, mentionnons la «Stöcklikultur» (le «Stöckli» est une petite maison située à côté de l'habitation principale) de l'Emmental ou la forêt privée - qui fournissait aux paysans non seulement du bois pour le feu, mais aussi la matière première de la construction des maisons et des meubles, de la confection des instruments de musique (cor des Alpes et instruments à cordes) et de la sculpture sur bois. L'Emmental est connu pour l'orgue de Langnau, le Brächtete de Zäziwil (journée de travail traditionnel du lin et du chanvre) ou la céramique de Langnau ; c'est aussi de là que viennent la tresse et les röstis bernois, pour ne citer que deux exemples du patrimoine culinaire.

L'Oberland bernois a été marqué par l'économie alpine, c'est-à-dire l'élevage de bétail, la transhumance et la fabrication de fromage (montée à l'alpage, Chästeilete [partage des fromages], Bärgrächnig [marchandage des droits bovins] ou Älplerchilbine [fête de l'alpage]). Le tourisme alpin a également été un moteur du développement économique, pour l'hôtellerie, les fêtes (jeux de Tell, fête d'Unspunnen) et les souvenirs d'artisanat local (sculpture sur bois, dentelle aux fuseaux). Les fêtes traditionnelles comme le Trychle et l'Ubersitz dans le Haslital ou le Harderpotschete à Interlaken, le Zweitjänner de Sigriswil, les chants du Berchtoldstag avec le Pööglete de Wimmis sont des coutumes du Nouvel an.

La culture de la vigne s'est développée autour des lacs de Thoune et de Bienne. L'économie équine est très importante pour le Jura bernois, , notamment l'élevage du cheval Franches-Montagnes ; ces chevaux sont négociés à la Foire de Chaindon à Reconvilier, jadis le plus grand marché paysan d'Europe. De plus, les anabaptistes fuyant l'Emmental et la Haute-Argovie amenèrent avec eux des nouveautés : ils façonnèrent les premiers skis, ils élevèrent les chevaux Franches-Montagnes, vécurent le bilinguisme et fondèrent leurs propres écoles bilingues. La région de Schwarzenburg est marquée par la proximité de Fribourg ; on y trouve le Schafscheid à Riffenmatt (foire aux moutons et désalpe), la course de chevaux de ferme à Schwarzenburg, mais aussi le Guggisbergerlied ou l'Altjahresel (âne de l'année écoulée) à Schwarzenburg. Le Saanenland partage aussi, par-delà la frontière linguistique, de nombreuses traditions avec le Pays-d'Enhaut vaudois : la technique traditionnelle des papiers découpés est bien ancrée dans la région. La coutume de l'arbre de mai n'est pas seulement pratiquée dans le Bucheggberg, mais aussi dans le canton voisin de Soleure ; les communes de la Haute-Argovie partagent de nombreuses traditions, comme la planche glisseuse ou le hornuss, avec les villages voisins des cantons de Lucerne et d'Argovie. Les villes aussi ont conservés leurs traditions : le Ausschiesset (concours de tir) et le Fulehung à Thoune, la Foire aux oignons de Berne ou la Solennité des jeunes de Berthoud ; récemment, se sont ajoutés les carnavals de Bienne, Berne et Langenthal.

Références