Bâle-Ville


Si la plupart des traditions vivantes que compte le canton de Bâle-Ville ont un rayonnement surtout régional, certaines, comme le carnaval, ont une notoriété qui va bien au-delà des frontières cantonales et nationales. Les traditions vivantes ne sont pas forcément liées à de grandes manifestations ; elles peuvent prendre toute leur signification dans le quotidien des gens. On le voit par les exemples de la culture associative, de la culture des cliques à l'occasion de la préparation étalée sur toute l'année du Carnaval de Bâle. On le voit encore avec les corporations et les sociétés présentes autour du Vogel Gryff ou avec les barques traditionnelles bâloises sur le Rhin qui restent des moyens de transport au quotidien appréciés.

Les mesures d’encouragement de la culture

Du fait du nombre des musées et des autres institutions, de la présence d'une scène artistique et culturelle très innovante, l'encouragement de la culture s'adresse explicitement au domaine professionnel. La culture populaire au sens des traditions vivantes ne reçoit que ponctuellement et indirectement un encouragement officiel, soit via des contributions régulières allouées aux associations de musique d'harmonie traditionnelles, soit via un modèle d'encouragement du chant choral qui prend en compte la qualité particulière de l'activité chorale très vivante et diverse dans la région bâloise. Des manifestations culturelles traditionnelles et populaires comme le « Em Bebbi sy Jazz » reçoivent régulièrement de l'argent alloué par le fonds Swisslos.

Il existe bien évidemment des relations multiples entre les traditions vivantes et la transmission d'un héritage culturel matériel abondant. Outre les cinq musées soutenus par l'Etat, le service de recherche archéologique, les archives cantonales et le service des monuments historiques travaillent à la préservation, à la conservation et à la transmission du patrimoine culturel et naturel du canton.

Les traditions vivantes du canton de Bâle-Ville

Le Carnaval de Bâle est sans doute l'exemple le plus populaire pour une tradition vivante. A travers les manifestations qui le précèdent, par l'immense créativité qu'il demande en amont aux particuliers, par la riche culture des cliques, il marque et anime la ville bien au-delà des trois jours de son déroulement. Le carnaval lui-même est une attraction touristique et une manifestation culturelle dont l'écho retentit à travers toute la Suisse.

La Foire d'automne de Bâle qui porte allègrement ses 500 ans, fait elle aussi partie des manifestations incontournables de l'année. C'est aujourd'hui la plus grande foire de Suisse et comme elle se déroule intra muros, elle est très chère au cœur de la population. On y trouve à cette occasion des spécialités culinaires comme les « Mässmogge » (bonbons de la longueur d'un doigt) ou le « Magenbrot ». La Foire d'automne de Bâle attire bon an mal an plus d'un million de visiteurs de Suisse et de l'étranger.

Le « Vogel Gryff » est également une manifestation culturelle typique de la ville, organisée par trois corporations du Petit-Bâle dont c'est la fête la plus importante. Il se déroule sur une période de 3 ans successivement le 13, le 20 et le 27 janvier. C'est une coutume complexe comportant plusieurs éléments : la descente en radeau, la marche par les rues du Petit-Bâle et les danses traditionnelles des trois corporations qui sont suivies par un grand nombre de visiteurs de la ville et de la région, et en particulier par les enfants.

Et enfin mentionnons la nage dans le Rhin en été, le risque inhérent à toute vie passée à proximité immédiate d'un site industriel et chimique, surtout après la catastrophe de « Schweizerhalle » en 1986, le phénomène du mécénat artistique, le grand degré d'identification au zoo de Bâle : tout cela fait partie des traditions vécues à Bâle-Ville. L'énumération est loin d'être complète.

Références