Saint-Gall


Le canton de Saint-Gall, créé par Napoléon en 1803, regroupe douze entités territoriales historiques, avec chacune son histoire, ses usages et son économie. Le Hügelland, au nord, le Rheintal et les rives du lac de Zurich sont des régions agricoles, où la population paysanne travaille aussi à domicile pour l'économie textile des villes. Dans le haut Toggenburg et dans les régions du sud, l'économie alpine du bétail et du lait domine. Les nombreuses traditions issues de ces régions ont été marquées et amplifiées par des influences et des rituels religieux comme les coutumes de l'année liturgique ou les processions. Les fresques et les meubles peints du baroque, la musique religieuse d'orgue du Toggenburg et les ensembles de « Streichmusik » (musique traditionnelle d'Appenzell sur instruments à cordes), qu'ils soient liturgiques ou profanes, sont aussi particulièrement représentatifs. Principalement dans la ville de Saint-Gall, la fabrication de livres est également une tradition séculaire. Plusieurs bibliothèques abritent un trésor historique avec des manuscrits ouvragés et de merveilleux exemples des premières techniques d'impression, ainsi que d'importantes collections de livres contemporains.

Transformations sociales et culturelles

Le passage d'une économie agricole à une économie de l'exploitation herbagère au 19e siècle, l'éclosion de l'industrie de la broderie et les réformes religieuses sonnèrent le glas de nombreuses traditions, notamment dans le nord. Les pratiques quotidiennes urbaines et les vêtements de ville prirent la place des costumes folkloriques et des anciennes coutumes profanes et religieuses. La réforme cécilienne qui réintroduisit la musique chorale au dépens de la musique instrumentale priva de leurs fonctions liturgiques beaucoup de groupes traditionnels de « Streichmusik ». Ils se sont toutefois perpétués dans le haut Toggenburg et en Appenzell.

Les activités et les offres qui valorisent les principales formes de musique présentes entre le Säntis et les Churfirsten à l'est sont réunies depuis 2003 sous l'appellation de « KlangWelt Toggenburg » ; il s'agit du jodel naturel, de la bénédiction de l'alpage, des grelots comme éléments de la culture alpine et du hackbrett comme instrument à corde à gamme naturelle dans la musique de danse.

Parmi les coutumes rurales, mentionnons la montée à l'alpage, la bénédiction de l'alpage, les marchés aux bestiaux et les foires traditionnelles et, particularité du Rheintal, les « Rheinholzen » (repêchage du bois dans le Rhin au moment de la débâcle). La plupart des coutumes de carnaval, comme celles du carnaval de Sargans, des masques et des « Röllelibutzen » d'Altstätten, étaient à l'origine pratiquées et transmises par des sociétés de jeunesse. L'arbre de mai de Bad Ragaz et la course aux œufs d'Oberriet sont des coutumes liées à la fécondité. Le dimanche des feux et les nombreuses coutumes de fin d'année liées au feu et à la lumière, comme le saint Nicolas de Kaltbrunnen ou le cortège aux betteraves de Flawil, sont toujours pratiquées aujourd'hui.

De nouvelles traditions sont aussi apparues. L'ensemble du canton s'identifie à la broderie, devenue une tradition, et à la saucisse saint-galloise. La fête des enfants de Saint-Gall est une forme de culture festive bourgeoise du 19e siècle, comme les fêtes de musique ou de tir. La tradition de l'OLMA, à l'origine une foire qui se tenait le jour de la saint Gallus (16 octobre), et l'open air de Saint-Gall font partie des traditions du 20e siècle.

Références

Publications
  • Sales Huber: Vom Brauchtum im Kanton St.Gallen. In: Der Kanton St.Gallen – Landschaft, Gemeinschaft, Heimat. Ed. Amt für Kulturpflege. St. Gallen, 1984/1995, p. 459-474

  • Alois Senti: Das Land in Fest und Brauch. In: Sarganserland 1483–1983. Ed. Sarganser Talgemeinschaft. Mels, 1983, p. 233-290

Liens