Soleure


Le canton de Soleure a une grande diversité régionale dont les éléments les plus caractéristiques sont le Jura avec ses collines et le Mittelland. Il compte 121 communes (état octobre 2011). Les villes les plus importantes du canton sont Olten (17 200 habitants), Soleure, la capitale (16 200 habitants), et Granges (16 000 habitants). Comme ailleurs en Suisse, on retrouve des communes regroupant un ensemble d’agglomérations et des communes rurales. Le canton compte dix districts. A l’exception du district de Bucheggberg limitrophe de Berne, le canton est traditionnellement catholique.

Entretenir la diversité culturelle

Le territoire cantonal est partagé en quatre régions : la partie supérieure du cantons avec la capitale Soleure, la partie inférieure avec Olten, entre-deux la région du Thal-Gäu et au nord le Schwarzbubenland avec les districts de Thierstein et de Dorneck. On peut dire sommairement des traditions soleuroises que leur origine est religieuse ou paysanne. Ces dernières se retrouvent souvent sous une forme similaire dans d’autres cantons. Il existe en outre à Olten et en particulier à Soleure des traditions historiques spécifiques à ces deux villes. Et enfin, le 20e siècle a produit des traditions importantes qu’il est difficile de classer parmi ce qu’on appelle communément tradition, comme par exemple les « Journées cinématographiques de Soleure » ou les « Journées littéraires de Soleure », le « Töfftreff Hauenstein » à Trimbach (une bénédiction des motos) ou la « Coupe horlogère » (football) à Granges.

Dès la seconde moitié du 20e siècle, le canton de Soleure a fait de la sauvegarde et de l’encouragement de la culture une tâche officielle, inscrite dans la loi sur l’encouragement de la culture de 1967. Depuis, « le soutien des actions visant à sauvegarder les us et coutumes traditionnels à la ville et à la campagne » (art. 1, let. h) fait explicitement partie des tâches de l’encouragement de la culture par les pouvoirs publics. Le maintien de la diversité culturelle doit être compris comme un objectif stratégique du canton.

Ces idées se retrouvent par exemple dans l’organisation du projet « Patrimoine culturel immatériel Argovie-Soleure. Liste des traditions vivantes ». Mené avec le canton d’Argovie, l’inventaire du patrimoine culturel immatériel s’est fait grâce à des échanges étroits avec la population. Les résultats ont abouti à la création d’une liste bi-cantonale des traditions vivantes qui fera office de plate-forme d’informations à l’intention des autorités et du secteur privé. Le sujet du patrimoine culturel immatériel va être, et pour longtemps, une priorité de la politique culturelle des deux cantons. Le projet et la publication qui en résultera renforcera dans la population la conscience de ses propres traditions.

Exemples de traditions vivantes du canton

Parmi les traditions vivantes à connotation religieuse, mentionnons par exemple les « pélerinages » à Mariastein, Wolfwil, Meltingen et Oberdorf et le « Palmbinden ». La « bénédiction des motos » à Kappel est une tradition récente qui réunit chaque année plusieurs centaines de motocyclistes depuis la fin du 20e siècle.

Parmi les traditions paysannes, on trouve dans quelques communes les activités des « Stäcklibuebe » (les gamins de la courte paille,) pendant la nuit du 30 avril au 1er mai (pour cette raisons on les appelle aussi les gamins de mai) ou lors de la préparation du feu de carnaval. Mentionnons encore le « Banntag » (marche autour des frontières communales) et le « Eierläset », une sorte de course aux œufs, très répandue également dans les cantons voisins d’Argovie et de Bâle-Campagne. Il existe encore à la campagne beaucoup de « Chilbi », des foires ou kermesses, comme celle de Kriegstetten qui a plus de 500 ans (une ancienne fête des moissons) ou celle de Schnottwil, établie depuis 1775.

Parmi les traditions historiques spécifiquement urbaines, les « Vorstädtechilbi », foires des faubourgs, se déroulent à Soleure depuis la seconde moitié du 15e siècle ; elles sont liées aux commémorations de la bataille de Dornach de 1499 (cette commémoration a lieu aujourd’hui encore). On trouve aussi de nombreuses confréries et la « Verleihung des Roth'schen Ehrenkleids » (Remise de l’habit de Hans Roth) depuis 1538 à l’aîné des descendants de Hans Roth, l’homme qui avait prévenu la ville de Soleure de l’attaque du comte Rodolphe II von Neu-Kyburg. A Olten, la « Schulfest » (fête des écoles) qui se déroule tous les deux ans depuis 1816, est l’une des fêtes les plus importantes de la ville. La fête de Saint Sébastien attire les tireurs de tout le pays. Elle a vu le jour en 1811, à l’occasion de la refondation de la société des tireurs de la ville, une institution qui remonte à 1488. La première mention du Carnaval d’Olten date de 1563, alors que le Carnaval de Soleure remonte au 14e siècle, sous forme de « Jeux de carnaval ».

Parmi les traditions marquantes, de dates récentes et que l’on n’associe pas immédiatement au domaine des coutumes, on peut mentionner les « Oltner Kabaretttage », le rassemblement de voitures américaines « American Live » (25 000 visiteurs) à Oensingen et les activités en relation avec l’industrie horlogère à Granges.

A côté de cela, il existe, dans les domaines de l’artisanat traditionnel et des connaissances en lien avec la nature, des traditions qui font également partie du patrimoine culturel immatériel. La distillation et la vigne dans le Schwarzbubenland en sont des exemples, tout comme les activités des « Hubelmeteorologen » de Lohn-Ammannsegg, qui donnent des prévisions météorologiques en se basant sur l’observation des abeilles, du pelage des animaux et du temps qu’il a fait les années précédentes.

Autres informations

Le patrimoine culturel immatériel des cantons d’Argovie et de Soleure a sa propre liste qui comprend près de 500 traditions vivantes, proposées par les détenteurs de ces tradition, par un large public et par les communes. Les communes n’hésitent pas à mettre sur leur site Internet, à la rubrique « Culture » ou « Coutumes » (Brauchtum), les traditions vivantes au plan local, par exemple à Lommiswil ou Hofstetten-Flüh.

Références