Uri


Situé au cœur de la Suisse, le canton d'Uri présente bon nombre de particularités culturelles. Autour du célèbre mythe de Guillaume Tell et de l'histoire du Gothard, on trouve sur un espace resserré nombre de traditions vivantes, une grande diversité de paysages naturels, de voies de communication historiques et de villages caractéristiques. Sa situation sur l'axe Nord-Sud a toujours eu une grande influence sur la culture du canton. A preuve, les influences du sud sur l'architecture d'Altdorf, le chef-lieu du canton. La vie culturelle actuelle présente toujours ce mélange de rapport à la tradition et d'ouverture. Volker Hesse fait des vénérables Jeux de Tell de 1512 une quête moderne de la liberté. La Maison de la musique populaire, au centre d'Altdorf, rassemble l'« ancienne » et la « nouvelle » musique populaire. Elle est devenue un centre national de compétence pour la musique populaire suisse doté d'un rayonnement national. Avec son festival international de musique « Alpentöne », Uri a également mis sur pied des rencontres transfrontalières et expérimentales qui rassemblent toutes les musiques en rapport avec les Alpes. Le Festival de musique populaire d'Altdorf est un événement au rayonnement national qui complète parfaitement les festivals de Suisse centrale comme celui d'Obwald ou des Journées musicales de Stans. La musique est profondément ancrée dans la population : il y plus de 70 orchestres de musique populaire dans ce canton qui compte 35 000 habitants.

Collaboration entre cantons de Suisse centrale

En ratifiant la Convention de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, la Suisse s'est engagée à prendre des mesures de conservation et de promotion du patrimoine culturel. Cela passe par l'établissement d'une liste nationale du patrimoine culturel. Uri a réalisé ce projet en collaboration avec les cantons de Suisse centrale, une démarche qui a permis de prendre en compte les similitudes existant entre les traditions, les mentalités et la culture constitutives du patrimoine de cette partie de la Suisse. Mario Risi avait travaillé avec des experts cantonaux à l'établissement de la liste des traditions vivantes de Suisse centrale et préparé la documentation des dossiers à l'attention de la Conférence des délégués aux affaires culturelles. C'est à nouveau à Mario Risi qu'a été confié le soin d'actualiser la liste nationale 2017/18. Sur les traditions vivantes retenues au plan national, une seule vient d'Uri, les « Woldmanndli » (hommes des bois d'Andermatt). Une autre, celle des histoires du Gothard, est commune au territoire d'Uri et à celui des cantons voisins. Quinze traditions de Suisse centrale ont un rapport très explicite à Uri, par exemple la musique populaire, Guillaume Tell ou les mythes historiques de libération. Et plusieurs traditions nationales concernent également le canton (p.ex. la lutte suisse, le jass, la musique de cuivre ou le rapport aux avalanches).

Les traditions vivantes à Uri

Toutes les traditions n'ont pas trouvé place dans la liste nationale. Cela a amené l'Office de la culture d'Uri à dresser une liste cantonale (sous la forme d'un site Internet et d'une brochure) des traditions vivantes qui touche à quatre domaines.

Les mythes historiques de libération. De nombreuses traditions tournent autour des histoires et légendes des origines (par ex. le « Monstre de Surenen » combattu par le taureau repris dans les armoiries du canton). Les mythes anciens et nouveaux autour du Gothard et de l'histoire de Tell, qui mettent en jeu les concepts d'indépendance et de liberté, demeurent des thèmes existentiels intemporels. Œuvre du médecin et ethnographe uranais Eduard Renner, le « Goldener Ring über Uri » et son interprétation des pratiques magiques est une tentative d'explication de l'identité uranaise. La ludothèque d'Altdorf, la bibliothèque cantonale (Uriensis), les communes et les Archives cantonales sont les dépositaires des traditions narratives, ludiques et écrites du canton.

Culture villageoise, musique et communauté. Les sociétés villageoises sont les détentrices de nombreuses traditions dans différents domaines : fanfares, chant choral, musique et théâtre populaires, costumes traditionnels, lancer du drapeau, cor des Alpes et yodel. Elles encadrent les fêtes religieuses et profanes, les anniversaires, les manifestations et les événements au village. L'année liturgique reste très présente avec les coutumes autour de l'Avent, la Saint-Nicolas, la Saint-Sylvestre et les Rois. On notera encore les montées à l'alpage et les désalpes, les foires des armaillis, les fêtes de tir et de lutte. On chante (« Zogä-n-am-Boogä »), on fait de la musique et on danse. Trois institutions marquent la vie musicale : le theater(uri) (qui est un espace polyvalent), la Maison de la musique (avec l'école de musique d'Uri) et la Maison de la musique populaire à Altdorf. Le festival international de musique « Alpentöne », le Festival de musique populaire d'Altdorf et deux festivals de musique classique à Andermatt sont les événements phares de l'année. Les deux journaux locaux contribuent grandement à la transmission des traditions.

Carnaval, cinéma, théâtre, danse. Le carnaval d'Uri est marqué par la marche monotone composée par le médecin Wilhelm Kesselbach (1894-1919). Rolf Gisler en a retracé l'histoire dans un ouvrage très complet. Les figures caractéristiques en sont les « Drapoling » (vient étymologiquement de « Arlequin »), personnages masqués portant des clochettes accrochées à la ceinture, et les « Woldmandli » (hommes des bois) d'Andermatt. Chaque commune ou presque a sa troupe de théâtre. Parmi les plus importantes, citons la « Tellspielgesellschaft Altdorf », le « Kulturforum Andermatt », et la scène « Moment & Co ». Huit groupes de costumes traditionnels font de la danse et quatre chœurs du yodel. Le Schächental est connu pour ses « Priisbeedälä » (une danse où l'on frappe le sol avec les pieds). Parmi les institutions importantes, mentionnons le « Cinema Leuzinger », le Theater(uri), le deuxième plus important théâtre de Suisse centrale et le « Kellertheater im Vogelsang » d'Altdorf.

« Wildheuen » (foins sur des pentes très escarpées), entretien de la forêt et ancien artisanat. On trouve encore ici ou là dans les vallées de montagne des vestiges d'artisanat ancien (tavillonage, vannerie, poterie, tissage, confection d'outils). Le marché artisanal d'Isenthal est réputé pour son « Urchigen Handwärksweg ». Le « Wildheuen » (Prix du paysage de l'année 2016), la confection de fromages d'alpage et la viande mise à sécher, la confection de cloches, la sculpture ou encore la broderie, le travail de la laine et la recherche de cristaux sont des pratiques encore très répandues. Uri est un pays de cristaux. Les cristaux du Planggenstock exposés au Musée des minéraux de Seedorf, au Sasso San Gotthardo ou au musée d'histoire naturelle de Berne racontent les histoires des chasseurs de cristaux. Les traditions du « châblage » du bois et de son acheminement par eau, ainsi que celle des fours à chaux ont aujourd'hui déjà disparu.

Références