Fête de la Gansabhauet


Catégorie:
Pratiques sociales
Canton:

Description

La Gansabhauet est manifestation suprarégionale célèbre qui a lieu tous les ans à la Saint-Martin (11 novembre) à Sursee. De jeunes hommes, mais aussi quelques femmes, essaient de sectionner le cou d’une oie morte pendue par la tête avec un sabre de dragon émoussé. Ils sont vêtus d’un manteau rouge et un bonnet et un masque de soleil doré leur masquent la vue. Avant de porter chaque coup, ils essaient de repérer la position du volatile avec des mouvement qui peuvent paraître maladroits afin de trouver l’endroit optimal où frapper. La séquence de coups est déterminée par le hasard. Il faut en général entre cinq et vingt coups pour décapiter deux oies. Le spectacle se déroule sur une scène devant l’hôtel de ville ; il attire quelque 3 000 spectateurs. En marge, il y a des jeux pour les enfants et les jeunes, comme les perches, la course en sac ou le concours de grimace, appelé «Chäszänne » (grimace au fromage), car les enfants reçoivent un morceau de fromage pour chacune de leurs grimaces. La Gansabhauet s’achève par un cortège de betteraves transformées en lanternes et par un repas festif à base d’oie à l’hôtel de ville et dans les restaurants environnants. L’origine de cette coutume est peu claire, mais remonte probablement au Moyen-âge. Elle disparut des coutumes locales en 1820 pour renaître en 1863.

Galerie d'images

  • Une oie morte est pendue à un fil, Rathausplatz Sursee, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • L’ordre des candidats est tiré au sort, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Avant de frapper, le candidat tâte le cou de l’oie, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Un candidat se prépare à frapper, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Un tambour et un timbalier accompagnent la manifestation © Sammlung Ernst Brunner, Schweizerisches Institut für Volkskunde, Basel
  • Près de 3 000 spectateurs assistent au spectacle, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Les enfants essaient d’attraper les cervelas, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Chäszänne : vignette d’un album sur les traditions populaires suisses, 1954 © Nestlé Historical Archives, Vevey
  • Une oie morte est pendue à un fil, Rathausplatz Sursee, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • L’ordre des candidats est tiré au sort, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Avant de frapper, le candidat tâte le cou de l’oie, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Un candidat se prépare à frapper, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Un tambour et un timbalier accompagnent la manifestation © Sammlung Ernst Brunner, Schweizerisches Institut für Volkskunde, Basel
  • Près de 3 000 spectateurs assistent au spectacle, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Les enfants essaient d’attraper les cervelas, 2004 © Bruno Meier, Sursee / Gansabhauet-Komitee, Sursee
  • Chäszänne : vignette d’un album sur les traditions populaires suisses, 1954 © Nestlé Historical Archives, Vevey

Références et dossier

Publications
  • Edgar Harvolk: «Strangulatio Anserum». Meinungen und Materialien zu einem volkstümlichen Wettkampfspiel. In: Bayerisches Jahrbuch für Volkskunde. München, 1978/79, p. 95-101

  • Stefan Röllin: Gansabhauet in Sursee. In: Das Jahr der Schweiz in Fest und Brauch. Ed. Rolf Thalmann. Zürich, 1981, p. 263-264

  • Erik de Vroede: Menschen spielen mit Tieren. Ganswurf, Gansritt, Hahnenschlagen. In: Mensch und Tier. Kulturwissenschaftliche Aspekte einer Sozialbeziehung (Hessische Blätter für Volks- und Kulturforschung 27). Siegfried Becker, Andreas C. Bimmer. Marburg, 1991, p. 61-81

Dossier
  • Gansabhauet

    Ausführliche Beschreibung Valable dès le: 08.08.2012
    Dimension: 247 kb
    Typ: PDF