Herboristerie dans les couvents de Suisse centrale


Catégorie:
Nature et univers
Canton:

Description

Dans onze couvents de Suisse centrale, les sœurs cultivent un jardin de simples. Même si les jardins se différencient par leur taille et leur composition et que les sœurs appartiennent à des ordres différents, tous ont la même dimension culturelle et historique. Lorsque Benoît de Nursie fonde un couvent en 527 à Monte Cassino en Italie du Sud, il enjoint aux moines de soigner les malades et prévoit dans sa règle une infrastructure et un personnel dédiés. Comme à partir du 8e siècle les bénédictins comptent parmi les principaux ordres de l’Eglise, ils diffusent leurs médicaments (déjà connus dans l’Antiquité) sur tout le continent européen, et sont les dépositaires de la médecine occidentale pendant tout le Moyen-âge. Les jardins de simples conventuels jouent un rôle central dans ce système puisque c’est là qu’on cultive les ingrédients essentiels. En Suisse centrale, ce sont principalement les couvents de femmes qui entretiennent et transmettent les savoirs et les pratiques (plantation, cueillette et préparation) liés aux herbes médicinales. Outre l’entretien d’un jardin diversifié, les sœurs vont aussi récolter des herbes sur les prairies d’alpage. Tous les couvents ont une boutique où ils vendent les produits qu’ils fabriquent.

Galerie d'images

  • Couvent Heiligkreuz à Cham (ZG) : jardin des simples, 2011 © Sr. Laetitia Kuhn/Kloster Heiligkreuz, Cham
  • Couvent Heiligkreuz à Cham (ZG) : Sœur Theresita Blunschli cueille des herbes, 2009 © Esther Herzog, Luzern/Kloster Heiligkreuz, Cham
  • Couvent Heiligkreuz à Cham (ZG) : plates-bandes, 2009 © Esther Herzog, Luzern/Kloster Heiligkreuz, Cham
  • Musenalp : Mère Brigitta Graf du couvent de bénédictines Maria-Rickenbach (NW) coupe des herbes, 2006 © Urs Flüeler, Stans
  • Musenalp : les sœurs ramènent des sacs de lin remplis d’herbes au couvent, 2006 © Urs Flüeler, Stans
  • Couvent Maria-Rickenbach (NW) : mise en bouteille de la liqueur dorée, dont la recette à base d’herbes est gardée secrète, 2006 © Urs Flüeler, Stans
  • Couvent Heiligkreuz à Cham (ZG) : jardin des simples, 2011 © Sr. Laetitia Kuhn/Kloster Heiligkreuz, Cham
  • Couvent Heiligkreuz à Cham (ZG) : Sœur Theresita Blunschli cueille des herbes, 2009 © Esther Herzog, Luzern/Kloster Heiligkreuz, Cham
  • Couvent Heiligkreuz à Cham (ZG) : plates-bandes, 2009 © Esther Herzog, Luzern/Kloster Heiligkreuz, Cham
  • Musenalp : Mère Brigitta Graf du couvent de bénédictines Maria-Rickenbach (NW) coupe des herbes, 2006 © Urs Flüeler, Stans
  • Musenalp : les sœurs ramènent des sacs de lin remplis d’herbes au couvent, 2006 © Urs Flüeler, Stans
  • Couvent Maria-Rickenbach (NW) : mise en bouteille de la liqueur dorée, dont la recette à base d’herbes est gardée secrète, 2006 © Urs Flüeler, Stans

Références et dossier

Publications
  • Irène David: Der Klostergarten von Heiligkreuz bei Cham. Geschichtlicher Kontext und heutige Aufgabe. Abschlussarbeit im CAS-Studiengang Ethnobotanik und Ethnomedizin an der Universität Zürich. Zürich, 2008

  • Moritz Jäger: Hundert Jahre Benediktinerinnen-Kloster Marienburg Wikon LU 1891-1991. Ed. Benediktinerinnen-Kloster Marienburg. Wikon, 1991

  • Elisabeth Odermatt Niederberger: Kräuter und Liköre aus der Herrgotts-Apotheke. In: Das Benediktinerinnen-Kloster Maria-Rickenbach in Geschichte und Gegenwart. Ed. Historischer Verein Nidwalden. Stans, 2007, p. 273-291

  • Hermann Josef Roth et al.: Klostergärten und klösterliche Kulturlandschaften. Historische Aspekte und aktuelle Fragen. München, 2009

  • Margrit Rosa Schmid: Frauenkloster in der Au bei Einsiedeln. Benediktinerinnenkloster mit Ewiger Anbetung. Einsiedeln, 2005

  • Rudolf Schmitz: Geschichte der Pharmazie. Eschborn, 1998-2005

  • François Ledermann, Michel Roux: Heilkräuter. In: Historisches Lexikon der Schweiz. Bern, 2010 (http://hls-dhs-dss.ch/textes/d/D26235.php)

Dossier