Tradition nomade des Yéniches et des Manouches


Description

Même si plusieurs familles sont aujourd’hui sédentaires, le nomadisme reste un caractère fondamental de l’identité des Yéniches et des Manouches de Suisse. De nos jours, de nombreux clans familiaux sont toujours en route les mois d’été et vivent et travaillent en caravane. Cette période de voyage est marquée par la vie communautaire et la musique. Les musiciens ambulants yéniches qui invitaient à la danse, aux Grisons, ont d’ailleurs exercé une influence déterminante sur la musique populaire à partir du XIXe siècle.

Avec le yéniche, les Yéniches disposent d’une langue à peine écrite, mais d’autant plus colorée et vivante. De leur côté, les Manouches emploient une forme locale du rom pour communiquer entre eux. Les liens familiaux sont très étroits et la cohésion quotidienne sur les aires de passage ou dans l’exercice d’activités artisanales importe beaucoup pour assurer la survie du nomadisme.

Les moments forts du calendrier religieux sont les pèlerinages à la « Vierge noire » d’Einsiedeln, considérée comme la « mère des Tsiganes ». La Fecker-Chilbi (kermesse des vagabonds) est plus mondaine. Cette foire annuelle est et a toujours été le lieu de débats politiques et de rencontres entre la population majoritaire et cette minorité nationale, reconnue officiellement.

Galerie d'images

  • Aiguiseur de couteaux à l’ouvrage (2017) © BAK/Eric Roset
  • Antiquaire yéniche (2017) © BAK/Eric Roset
  • Brocante (Le Landeron, 2017) © BAK/Eric Roset
  • Soirée autour d’un feu sur une aire de passage (2017) © BAK/Eric Roset
  • Quotidien d’une famille nomade (2017) © BAK/Eric Roset
  • Musicien yéniche jouant du schwyzerörgeli (2017) © BAK/Eric Roset
  • Jeunes jouant du schwyzerörgeli (2017) © BAK/Eric Roset
  • Concert autour du feu sur une aire de passage (2017) © BAK/Eric Roset
  • Montage d’une tente (2017) © BAK/Eric Roset
  • Le quotidien sur une aire de passage (2017) © BAK/Eric Roset
  • Quotidien d’une famille nomade (2017) © BAK/Eric Roset
  • Procession (2017) © BAK/Eric Roset
  • « Vagabonds » au bord du lac de Lauerz (Seewen, 1923) © Bildarchiv Radgenossenschaft
  • Deux « vagabonds » du nom de Ringgeler et Gantenbein (à Muotathal vers le début du 20e siècle) © Bildarchiv Radgenossenschaft
  • Une marchande porte un rouleau de corde et de la mercerie (dans la région de Davos, vers 1930) © Bildarchiv Radgenossenschaft
  • On danse à l’occasion de la Fecker-Chilbi (Gersau, début des années 1980) © Bildarchiv Radgenossenschaft
  • Vannier (Diessenhofen, 1986) © Bildarchiv Radgenossenschaft
  • Tournoi de bootsch à l’occasion de la Fecker-Chilbi (Berne, 2016) © Bildarchiv Radgenossenschaft
  • Groupe de musiciens yéniches à la Fecker-Chilbi (Berne, 2016) © Bildarchiv Radgenossenschaft

Références et dossier

Publications
  • Dazzi/Galle/Kaufmann/Meier: Puur und Kessler. Sesshafte und Fahrende in Graubünden. Ed. Institut für Kulturforschung Graubünden. Baden. 2008. S. 27

  • Galle/Meier: Von Menschen und Akten. Die Aktion „Kinder der Landstrasse“ der Stiftung Pro Juventute. Zürich. 2009

  • Thomas Huonker: Fahrendes Volk – verfolgt und verfemt. Jenische Lebensläufe. Ed. Radgenossenschaft der Landstrasse. Zürich. 2008

  • Meier/Wolfensberger: „Eine Heimat und doch keine“. Heimatlose und Nicht-Sesshafte in der Schweiz (16.-19.Jahrhundert). Zürich. 1998

  • Sebastian Brant: „Das Narrenschiff, 1494 Ed. von Johann Bergmann von Olpe, Basel 1497; Wortliste mit jenischen Begriffen im „Liber vagatorum“, 1510

  • Minelli/Bürgisser: Kleine Freiheit: Jenische in der Schweiz. Zürich. 2015

  • Thomas Huonker: „Alle sind auseinander gerissen worden. Keines weiss, wo das andere ist. Ein jenisches „Niemandskind“ unter Vormundschaft des Seraphischen Liebeswerks Solothurn.“ In: Österreichische Zeitschrift für Geschichtswissenschaften. 2014

  • Radgenossenschaft der Landstrasse: Jenische Kultur. Ein unbekannter Reichtum. Ed. Radgenossenschaft der Landstrasse, Zürich. 2017.

Dossier